J’interviewe Agnès Abécassis…

 

Interview Agnes Abecassis 2

Hello !

Je reviens aujourd’hui avec une interview particulière…

Vous avez déjà vu ce genre de film, ou la groupie rencontre son idole ? Son acteur préféré, le beau gosse international, alors qu’elle, pauvre petite étudiante en galère d’argent, essuie échecs sur échecs ?

Puis boom ! La belle étudiante blonde aux joues roses rencontre l’acteur, et reboom ! L’acteur tombe fou amoureux d’elle !

Bon, ça ne m’est pas arrivé.

Je suis toujours mariée avec le mari, toujours en train de faire le ménage du matin au soir entre mes 3 amours d’enfants, mon boulot en freelance et parfois mon p’tit blog adoré…

Mais par contre, la lectrice fan que je suis, a cyber-rencontré sa romancière préférée… Et je vous présente donc aujourd’hui, l’interview d’Agnès Abécassis (applaudissements de la foule en folie ! ).

 

Agnès Abécassis est une romancière française, dont j’ai dévoré tous les livres.

Ses livres, humoristiques et plein de vie, sont des comédies pétillantes qui nous font sourire et rire pratiquement à chaque page.

Comme elle le dit si bien, « écrire des comédies est l’une de ses activités favorites, juste après se faire des brushings. »

Apres avoir été journaliste, illustratrice, et même scénariste pour la télévision, Agnès devient ensuite écrivain.

Nostrucsdefilles a le plaisir de vous présenter l’interview exclusive de l’auteur de « Chouette une ride ! » et « Le Théorème de Cupidon »

 

-Bonjour Agnès, maintenant que vous êtes mondialement connue et en cours d’anoblissement par la reine d’Angleterre, comment vous sentez-vous à quelques jours de la sortie de votre nouveau livre ? Est-ce la même émotion que lors de la sortie du premier  »Les Tribulations d’une jeune divorcée » en 2005 ?

Un roman par an en moyenne, vous pensez, maintenant je suis blasée… Bon. Blague à part. C’est bien évidemment, à chaque parution, une émotion renouvelée, et je suis systématiquement fébrile, surexcitée, angoissée, et avide, terriblement avide des premiers retours de mes lecteurs. Quant à comparer la sortie de mon premier roman avec celle du dernier… ne croyez pas que les débuts sont forcément plus exaltants. Quand mon premier roman a été publié, rien n’a été simple, j’ai été privée d’une bonne dose d’insouciance, pour mille raisons qu’il ne sert à rien d’évoquer ici. C’est pour cela que je compare souvent l’arrivée d’un livre à un accouchement : peu importe les conditions de sa mise au monde, on n’est jamais lassée de tenir pour la première fois son nouveau bébé entre ses mains.

 

-Dans votre nouveau livre,  »Café, un garçon s’il vous plait ! », est-ce que, nous retrouverons parmi les personnages principaux, cette jeune maman divorcée à laquelle on s’attache tant dans tous vos romans ? 

J’avoue que je tente de la planquer sous différents noms et différents métiers, mais étrangement, on la reconnait à chaque fois. J’ignore totalement pourquoi.

 

-Votre écriture est captivante. Travaillez-vous de façon méthodique, ou au feeling ? Savez-vous dès le départ, ce que deviendront vos personnages ?

Non, rien n’est spontané, tout est réfléchi en amont et sérieusement travaillé. Souvent pendant de longs mois, dans ma tête, sans rien écrire de particulier, juste en prenant vaguement des notes. Et quand j’estime que je suis prête, je me lance. Quitte à bifurquer, partir ailleurs, emprunter des chemins de traverse, ce n’est pas grave, je m’autorise autant de libertés que je veux, du moment que je me suis assurée de ne pas me perdre en route.

 

-Seriez-vous prête à sortir du registre de la comédie ?

J’en ai très envie ! Un jour, je le ferai certainement.

 

-On a pu comprendre, que votre première passion ce sont les brushings. Quelle est votre routine capillaire pour avoir de si beaux cheveux ?

Je me fais des masques capillaires à base de crème d’huitres, relevée de quelques gouttes de tabasco, dans laquelle je mélange vingt millilitres de jus de sardines, trois cuillérées de confiture de fraises, et un tout petit peu (vraiment très peu) d’huile de moteur. Une fois appliqué le long des racines, j’emballe tout ça dans un film plastique, et je laisse poser un jour ou deux. Bien sûr, j’évite de sortir. J’ai essayé, une fois, mais on m’a fait des réflexions au sujet de l’odeur (certainement la confiture de fraise.)

 

-Vous avez l’air d’une jeune femme coquette, nous vous avons pris en flagrant délit sur Instagram. Quels sont vos indispensables pour un Makeup réussi ?

Sérieusement ? Après le coup du masque capillaire, vous voulez encore des conseils beauté ?

 

-Avez-vous des habitudes bizarres ?

Pour être tout à fait honnête, ce sont plutôt d’habitudes normales, dont je manque un peu. Mais c’est ainsi. Au moins, je m’amuse, dans la vie, et je fais rire les gens qui m’aiment. C’est l’essentiel.

 

-Agnès, dans votre livre  »Au secours, il veut m’épouser ! », votre description du Pims à l’orange était fascinante. Cela voudrait-il dire, attention roulement de tambours, que vous êtes gourmande, tout comme nous, lectrices et lecteurs fidèles? Avez-vous un petit pêché mignon ?

Bien sûr, que je suis gourmande ! J’adore les épicuriens, ceux qui savent jouir de la vie, festoyer d’un plateau de fromages, d’un joli dessert, ou d’un plat compliqué qui fait frétiller les papilles… D’autant que ma cuisine à moi s’apparente à ce qui pourrait se servir en temps de guerre : un truc permettant tout juste de survivre. Je suis nulle ! Mon péché mignon ? Peu importe, du moment que c’est savouré en bonne compagnie. Je préfère mille fois croquer dans une part de pizza entre deux éclats de rire, que de m’ennuyer dans un restaurant étoilé avec quelqu’un qui me lasse. Un plat, ce n’est pas seulement une question de goût, c’est aussi une question de partage et de convivialité. (Bon, et si je suis seule : filez-moi n’importe quoi du moment qu’il y a de la crème pâtissière dedans.)

 

-Avec quel acteur aimeriez-vous d’aller dîner ? 

Réponse (honteuse) dans « Café ! un garçon s’il vous plaît »… Je sens que je ne vais jamais assumer cette scène, écrite (bruit de toux) à la première personne…

Merci à Agnès Abécassis pour cette interview, et rendez-vous le 10 Mai pour la sortie de son nouveau livre  »Café, un garçon s’il vous plait ! ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

16 réflexions sur “J’interviewe Agnès Abécassis…

  1. Serena dit :

    Hello la belle,
    Oh c’est top, un grand bravo à toi ! J’ai eu la chance la rencontrer une fois et elle est adorable, puis j’aime bien ses romans 🙂
    Gros bisous à toi et encore bravo !

  2. louply dit :

    Tiens je ne connaissais pas du tout cette auteure. Mais les noms des livres me disent quelque chose ! C’est génial que tu ai pu faire cette cyber rencontre ! Tes questions sont super interessante c’était un plaisir de te lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s